Musique aux étoiles – Trio Ezekiel

DU HAUT DE MON PERCHOIR (au 3ème rang du parterre) de la Salle La Perle, à Saint Pierre d’Irube

Voici les dernières nouvelles du concert du trio Ezekiel qui apporta sa vision d’une Musique aux Etoiles…. On ne présente plus les trois musiciens de ce trio, mais je ne résiste pas au plaisir de mentionner les noms si bien connus de Marina Beheretche, Emmanuelle Bacquet et Vincent Planès qui ont montré leur belle complicité au service d’un programme très original. La gageure était d’importance : attirer un public nombreux et, si possible varié, pour écouter une œuvre majeure d’Arnold SCHOENBERG : la Nuit transfigurée, opus 4, dans une transcription pour trio à cordes. Et la salle de la Perle était quasiment bondée, avec des enfants et leurs parents, en plus des personnes plus âgées qu’on rencontre habituellement dans le public de ce type de concert. La Salle de la Perle  a, il faut bien le dire, des atouts : d’acoustique, de confort d’assise et un stationnement facile à défaut de séduire par son architecture. Elle se prête à merveille aux concerts de musique de chambre.
Le programme musical a permis d’entendre de superbes interprétations de trios romantiques, reliés entre eux par de courtes compositions de Peio Çabaletta, compositeur et enseignant basque dont j’ai découvert successivement l’Hirondelle, Deux Plumes et la Lumière de Cauchemar. Ces titres figuratifs ont sans aucun doute inspiré les belles peintures de Arantxa Lannes dont la projection de plusieurs œuvres sur grand écran a apporté une atmosphère graphique complémentaire. Deux artistes contemporains, deux belles découvertes…
Le Trio Notturno D897 de Schubert, a été, bien sûr magnifiquement interprété et a dû rappeler d’excellents souvenirs à plus d’un (Barry Lindon….) alors que pour beaucoup la révélation du Trio élégiaque de Rachmaninoff a dû être une bien belle découverte !  Ces deux pièces en un seul mouvement ont démontré la musicalité de chacun des membres du trio avec un rôle particulièrement important pour le pianiste.
La transcription de la Nuit Transfigurée de Schoenberg pour trio a été réalisée par un élève du maître, qui y a peut-être aussi apporté sa patte (sa pâte ?). Passer d’un sextuor à cordes à un trio avec piano, quel exploit d’écriture et quelle magnifique réussite, admirablement servie par le trio Ezekiel. Les atmosphères nocturnes, les épisodes de douleur, de chagrin et de réconciliation, la lumière qui resurgit, tout a été magnifiquement servi ! Les trois musiciens ont été mis à contribution de façon intensive, avec en particulier la violoncelliste (peut-être suis-je partial avec les violoncellistes ?) et une magnifique partie de violon, sans oublier la densité de celle du piano.
Au risque de me répéter, quelle belle soirée, quelle belle manière d’amener un public large au beau, sans compromissions ! A bientôt….

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *